Fillière – Eglise Saint-Maurice (Les Ollières)

A quelques pas du Plateau des Glières, le village des Ollières se trouve près d’un autre plateau reliant deux vallées du département : la Vallée de l’Arve et celle creusée par le Fier et le lac d’Annecy. Le millier d’habitants est venu former, avec quatre autres anciens villages, la commune nouvelle de Fillière. Dès lors, ce territoire couvrant une majeure partie de la rivière du même nom forme alors la plus vaste commune de Haute-Savoie, même devant Chamonix-Mont-Blanc et Sixt-Fer-à-Cheval pourtant réputées pour leurs grands espaces naturels.
La commune -aujourd’hui déléguée- des Ollières n’est pas la plus ancienne du département mais possède une histoire intéressante. De nombreuses hypothèses existent pour ses origines : cela aurait pu être un lieu propice aux potiers (du latin « olla ») ou à des plantations de légumes (oliris) voire même une terre dépendante d’une seigneurerie (aulearia). Au XIVème siècle, les Ollières sont la propriété de la famille Menthon de Lornay d’Aviernoz qui y possédait un château. Les Coppier, une autre famille noble, est aussi citée aux Ollières à cette même période. En 1508, une chapelle est construite sur la commune. Aucun indice ne permet de préciser si c’est une simple construction, ou une reconstruction. En 1682, les Ollières devient une paroisse distincte. Jusqu’à cette date, elle dépendait d’Aviernoz. A la Révolution, on imagine que le sanctuaire était dépouillé et délabré. En 1825, on fait appel à l’architecte savoyard Ruphy pour reconstruire la nef et le clocher. Le chœur gothique est conservé. La nef est simple et se termine par une tribune élégante. Au dessus d’elle s’élève le clocher qui fait bloc avec la charpente de l’église. En 2008, l’église est profondément restaurée. C’est aussi l’occasion de fêter son demi-millénaire. Les travaux seront bénis en grande pompe par l’évêque d’Annecy Mgr Yves Boivineau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le clocher abrite aujourd’hui deux cloches, comme pour la majorité des villages savoyards. On imagine volontiers qu’à la Révolution, l’ancien clocher dont nous ne savons rien a été vidé de ses cloches, ou alors qu’une seule a été conservée. Malgré ces incertitudes, on sait que la paroisse passe commande à Louis Gautier d’une cloche. Elle sera réalisée lors d’un passage du fondeur basé à Conflans sur la commune de Groisy. En deux fontes distinctes, il donnera naissance à cinq cloches au total. La première fonte, le 7 septembre, sera pour l’église de Groisy : deux grosses cloches. Le 5 octobre suivant, trois cloches plus petites sont réalisées : deux cloches pour l’église de Cuvat et la troisième pour les Ollières. Cette dernière, dédiée à saint Maurice, patron de la paroisse, porte les noms de son parrain et sa marraine, François et Augustine Saillet. Elle porte aussi le nom du syndic, Jean-Claude Bévilliard. Cinq ans plus tard, une nouvelle cloche est commandée par la paroisse. Cette fois, c’est vers Quintal et Claude Paccard qu’on se tourne. Elle sera coulée le 16 juillet 1830. Ses quelques inscriptions indiquent qu’elle est vouée aux saints Maurice et Antoine. Le maire Nicolas Curzillat et son épouse Françoise ont parrainé la cloche. Le nom du curé est le même que pour la petite cloche : Joseph Vachet. Il est d’ailleurs inhumé dans cette même église qu’il fit reconstruire. Jadis à la corde, les cloches sont actionnées par la fée électricité depuis 1951. Elles égrènent infatigablement heures et demies. Les angélus sont sonnés sur la plus petite. Les messes sont annoncées par une volée de la grande cloche, accompagnée par des tintements de sa petite sœur aux baptêmes et mariages. Pour annoncer les décès et lors des sépultures, elles sont lancées à toute volée, tradition savoyarde oblige.

Nom

Fondeur

Année

Diamètre (cm)

Masse (kg)

Note

1

Sts Maurice & Antoine

Claude Paccard

1830

103,2

630

Sol 3

2

St Maurice

Louis Gautier

1825

76,9

290

Si 3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes remerciements nourris à :
Municipalité de Fillière, sous la direction du maire M. Christian Anselme.
Commune déléguée des Ollières et son maire délégué, M. Xavier Picot.
Mme Catherine Mercier-Guyon, maire-adjointe à la culture pour les démarches.
M. Bernard Convers, employé communal et historien pour la mise à disposition d’archives.

Sources & Liens :
Documentation sur l’église et les cloches des Ollières
Commune déléguée des OllièresCommune de Fillière
Bulletin municipal « Le Groisillien » n°5, Groisy – janvier 2010
Clichés personnels

Fonds privés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s