Annecy – Eglise Saint-Maurice (Pringy)

A quelques encablures du lac et de la vielle ville d’Annecy, la commune de Pringy a rejoint en 2017 avec quelques une de ses voisines la préfecture haut-savoyarde. Si elle fait désormais partie intégrante de la 29ème ville de France (en 2020), elle a été en réalité un village d’à peine 400 habitants jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Cette localité très ancienne se trouve sur une colline délimitée par la rivière Fier et le Viéran, son affluent. Cette position permet à Pringy de bénéficier d’un bel ensoleillement qui a été prisé par plusieurs familles nobles qui y ont établis des places fortes. Il faut avant tout remettre les choses dans leur contexte : Annecy fut la capitale de la province du Genevois, avec comme épicentre le château de la vielle ville, résidence des comtes de Genève. Pringy se situait donc sur la route privilégiée entre deux cités importantes : Annecy et Genève. Cette route est déjà attestée à l’époque gallo-romaine ! Deux maisons fortes se sont installées à Pringy : le château de Promery et le Château de Monthoux. Au XIXème siècle, Pringy entame discrètement sa transformation avec la construction d’une voie de chemin de fer en 1884 et l’implantation d’une gare, toujours utilisée. Un énorme pont enjambe alors le Fier à la hauteur du hameau de Brogny, là ou quelques siècles auparavant est né un cardinal qui a murmuré à l’oreille des papes, Jean de Brogny. Au cours du siècle dernier, le tracé de l’autoroute passe de l’autre côté du bourg, et un échangeur sur la commune augmente considérablement son attractivité. En 1973, la commune de Pringy fusionne avec le celle de Ferrières, permettant à la commune de s’étendre vers la montagne de Mandallaz. De cette paroisse disparue à la Révolution ne subsiste aujourd’hui qu’une modeste chapelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La paroisse de Pringy est dédiée à saint Maurice, patron de la famille ducale de Savoie. En 867, « Prinniacum » est donné à la famille de Thieteberge par Lothaire II, roi de Lotharingie. Toutefois, ce n’est qu’au XVème siècle qu’on commence à dessiner l’histoire d’une église paroissiale à Pringy avec des vitraux encore installés dans le chœur actuel. Deux siècles plus tard, elle est référencée dans le cadastre de Pringy. On peut imaginer de cet édifice un style roman avec des proportions semblables à l’église voisine d’Argonay. Des travaux sont faits sur cette église en 1703. En témoigne des gravures sur une pierre, toujours dans dans le chœur de l’église actuelle. Un clocher est ajouté à l’édifice en 1742. En 1826, le lieu de culte est la proie des flammes. Il sera profondément remanié et agrandi entre 1850 et 1860. Le style néogothique sera alors utilisé avec un chœur polygonal et une voûte caractéristique. En 1960, l’église est restaurée pour son centenaire et un narthex y est ajouté. En 1992, la flèche du clocher est déposée au profit d’une nouvelle charpente. Mais quatre ans plus tard, un tremblement de terre particulièrement violent détruit partiellement la voûte néogothique, qui sera aussitôt reconstruite avec soin, si bien que seuls les livres d’histoires portent la trace de cette secousse d’une magnitude 5,2 sur l’échelle de Richter !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout comme l’église, l’histoire de la sonnerie est parsemée d’embûches. Ce n’est qu’en 1832 que la première mention d’une cloche est inscrite… sur la grosse cloche actuelle ! On imagine qu’en 1742, des cloches sont installées dans le nouveau clocher. Ces cloches, si elles n’ont pas été refondues à cause de fêlures, ont du être sacrifiées à la Révolution, comme l’histoire des communes nous l’apprend si bien, à presque chaque clocher. Comme indiqué précédemment, une cloche est fondue le 30 août 1832. L’actuelle grosse cloche reprend patiemment presque toutes ces inscriptions, sauf le fondeur qui n’est pas mentionné. C’est déjà un noble qui en a été le parrain : le Baron de Livet, résidant du château de Monthoux. Déjà, car en 1897, lorsque les cloches sont refondues, la petite cloche a été parrainée par le compte d’Asnières de Sales et un membre de la famille Raymond de la Grange. Ils ont tous les deux laissés leur blasons sur la petite cloche, en plus de leur nom.
Sur les 120’000 cloches réalisées par la fonderie savoyarde, elles comptent donc parmi celles… qui ont le moins voyagé ! A vol d’oiseau, la fonderie d’Annecy-le-Vieux ne se trouvait qu’à… 3’500 mètres ! La question reste à savoir : ont-elles pris le train d’Annecy à Pringy où se sont elles déplacées par les voies normales ? En effet, le principal argument de la fonderie Paccard pour un déplacement des fours de Quintal à Annecy-le-Vieux était le suivant : entre le second lieu et la nouvelle gare d’Annecy, les routes descendaient. Il était donc plus simple pour elles de rejoindre la voie ferrée. Quoi qu’il en soit, l’installation est encore « dans son jus ». Bien qu’électrifiées en 1933 déjà et figurant ainsi dans les premières sonneries électrifiées du département, elles ont conservées leur équipements d’origines : beffroi, jougs et ferrures. Seul le battant de la petite cloche vient d’être remplacé, cette dernière étant sollicitée quotidiennement pour les angélus : matin, midi et soir.

Nom Diamètre (cm) Masse (kg) Note

1

Fernande Marie 101 600 Sol 3
2 Françoise Marie Antoinette 80 300

Si 3

Georges et Francisque Paccard fondeurs à Annecy-le-Vieux 1897

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes remerciements pour cette visite :
La commune déléguée de Pringy pour les démarches, sous le mandat de M. Xavier Osternaud, maire délégué.
Le service patrimoine de la commune nouvelle d’Annecy et Mme Julie Leclerc, pour l’ouverture du clocher et son précieux temps accordé.
La paroisse Saint-Marc du Parmelan et son curé, l’abbé Gilles Chassé, pour les sonneries spéciales.
Mon ami Claude-Michaël Mevs dit « Quasimodo » pour l’aide apportée à la réalisation de ce reportage.

Sources & Liens :
Mairie d’Annecy
Eglise de Pringy
Clichés personnels
Fonds privé
Inventaire personnel avec le concours de Quasimodo Sonneur de Cloches.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s