Hochstatt – Eglise Saints-Pierre-et-Paul

L’église.

C’est à quelques kilomètres de Mulhouse que je vous propose d’aller aujourd’hui. Au cours d’un week-end en Alsace, mes amis et moi avons fait une halte à Hochstatt. Ce bourg de 2’100 habitants possède une sonnerie de six cloches presque flambant neuve : pas moins de trois cloches ont été ajoutées en 2017 !
Hochstatt dépendait jadis de l’église Saint-Gall de Didenheim. Dès 1441, son curé y nommait le chapelain du lieu. C’est en 1731 que la paroisse devient indépendante. Le sanctuaire bâti en 1832 dans le style néoclassique remplace un autre lieu de culte construit en 1717, jugé à l’époque « trop petit » pour la communauté grandissante. Les trois autels (principal & latéraux) de l’église du XVIIIe sont cités en 1660 déjà. On sait en fait que les églises se succèdent depuis la fin du XVIe siècle.

Dernier venu après l’orgue Callinet installé en 1836, le clocher abrite aujourd’hui six cloches. Mais il n’a pas toujours été aussi bien rempli. On sait qu’en 1647 deux cloches sonnent déjà dans le ciel hochstattois. Elles ont d’ailleurs été sauvées des réquisitions suédoises. Au nombre de trois à la Révolution, deux d’entre elles n’échapperont pas aux Révolutionnaires qui les briseront. En 1828, l’unique cloche pré révolutionnaire sera remplacée par trois cloches signées François Robert-Rollet, établi à Urville (Vosges). De cette fonte, seule l’une d’entre elles sonne encore aujourd’hui. En 1864, son fils François Robert-Hartmann livre la plus grande et la plus petite cloche de l’ensemble campanaire. Dès lors, cinq airains se partagent le beffroi en bois. Mais en 1917, les cloches sont réquisitionnées par les allemands et sont emmenées avec 1800 autres au « dépôt campanaire » de Francfort. En 1919, seules trois cloches, retrouvées intactes, reprendront place dans le clocher. Les autres sont hélas perdues à jamais… En 2017, à l’occasion du centenaire de la réquisition, un projet voit le jour : redonner au clocher sa voix d’antan. Grâce à de généreux donateurs, ce ne sont pas deux mais trois cloches qui seront fondues par l’entreprise strasbourgeoise d’André Voegelé. L’évêque émérite de Saint-Dié (Vosges), Mgr Jean-Paul Mathieu, procéda à la bénédiction des trois nouvelles cloches devant la population locale… un événement rare, qui ne devrait pas se reproduire de sitôt dans cette bourgade alsacienne !

Nom Fondeur Année Diamètre (cm) Masse (kg) Note
1 St Michel F. Robert-Hartmann 1864 135 1318 Do3
2 Ste Marie A. Voegelé 2017 101 550 Fa3
3 St Antoine F. Robert-Rollet 1828 90 424 Lab3
4 Sts Pierre & Paul A. Voegelé 2017 77 275 Sib3
5 Pius F. Robert-Hartmann 1864 68 188 Do4
6 Ste Odile A. Voegelé 2017 59 110 Mib4

 

Les cloches pendant leur bénédiction (Photo P.Krafft)

Un grand merci à M. Jacques Eichinger, président des Œuvres Saints-Pierre-et-Paul pour l’accès au clocher et la volée spéciale des six cloches, peu après l’angélus de onze heures. Je remercie vivement Pascal Krafft, expert-campanologue adjoint à l’archidiocèse de Strasbourg pour l’organisation de cette visite, Mike « Quasimodo » pour le soutien technique et Guilhem, carillonneur et organiste.

Sources & liens :
Photos personnelles
Photos de MM. « Quasimodo » & Krafft
Wikipédia d’Hochstatt
Mairie d’Hochstatt

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s