Saint-Sixt – Eglise Saint-Sixte-II

Dans la vallée de l’Arve et sur les contreforts du plateau des Bornes se trouve le village de Saint-Sixt. Ce village d’un millier d’âmes a connu une expansion à partir des années 1960, probablement en raison de la position du village orienté vers la Suisse. De nombreux ruisseaux le traversent : ils prennent tous leur source sur les flancs de la montagne de Sur Cou, qui domine la commune. Ils rejoignent tous en aval la rivière Foron.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Saint-Sixt peut faire référence aux saints Sixte I ou Sixte II. Ils figurent parmi les premiers papes de la chrétienté. D’ailleurs, l’église porte actuellement le vocable de saint Sixte II, représenté avec une bourse dans les mains. La légende raconte qu’il a donné à l’un de ses diacres, saint Laurent. D’ailleurs, le nom de ce dernier a été donné à la paroisse voisine ! Malgré cette curiosité, l’origine du nom viendrait de la famille noble de Sancy d’Reposittorio, bienfaiteurs de la Chartreuse du Reposoir, fondée par le Bienheureux Jean d’Espagne au XIIème siècle. Cette famille noble choisit les terres de la future commune de Saint-Sixt au XIIIème siècle. Un siècle plus tard, le château est construit. Il porte aujord’hui le nom de Château d’Anthonioz, faisant référence à la famille qui a succédé aux Saint-Sixt, nom francisé de Sancy. Au XIXème siècle, le château est restauré par Léon Maréchal, avocat général à la Cour d’Appel de Chambéry. Aujourd’hui dans le domaine privé, il reçoit volontiers des réceptions tels que des mariages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’église de Saint-Sixt est comparable à une petite chapelle de hameau. Et pour cause, la paroisse ne comptait que 200 habitants jusque dans les années 1960. Mais l’histoire de ce bâtiment est bien plus ancien : lorsqu’au XIIIème siècle le château est construit, c’est au pied d’une tour de garde qu’un oratoire est installé. En 1379, la chapelle est édifiée attenante à cette tour par Jean de Saint-Sixt : la chapelle est née, sous la protection de Notre-Dame. Au XVIème siècle, le sanctuaire est agrandi par Pierre de la Saint-Sixt et consacré en tant qu’église sous le vocable de saint Maurice. Au XVIIIème siècle, plusieurs travaux sont entrepris : construction d’une sacristie, agrandissements de fenêtres ou encore surélévation des murs soutenus par des contreforts. Un siècle plus tard, l’église est à nouveau remaniée : modification de la toiture pour y créer un clocher dans les années 1850 et remaniement de l’intérieur de l’église. Un nouveau siècle défile, et les peintures intérieures sont restaurées dans les années 1940. Dans les années 1980, c’est au tour de l’extérieur d’être rafraîchi. On constate d’ailleurs autour de monument, proche du château, que le cimetière l’entoure encore, figeant presque le temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le clocheton en bois, supporte donc deux cloches. Fondues en 1857 à Annecy-le-Vieux, elles se dressent donc au sommet de la longue liste des cloches faites au pied de la colline ancilévienne. Rappelons qu’entre 1854 et 1857, la famille Paccard quitte Quintal pour se rapprocher de la nouvelle gare d’Annecy, avant un autre déménagement vers Sévrier en 1989. Si les deux cloches sont de dimensions modestes, la fameuse liste comprend des cloches notables comme la Savoyarde ou encore l’ancienne Jeanne d’Arc de Rouen, frôlant toutes deux les 20 tonnes ! Si la plus petite cloche possède ses inscriptions en relief, la plus grande comprend des écritures gravées, rajoutées après la coulée. Elles mentionnent uniquement les parrains et marraines, ainsi que la « commune de St-Sixt ». En sacristie, le boîtier de commande rappelle que l’électrification a été faite en mémoire de Didier Pernet et par une quête lors de la fête du village. Dès lors, c’est lui qui permet aux cloches de sonner chaque demi-heure et les angélus. Pour les célébrations, la paroisse n’hésite pas à lancer les cloches : la grande pour les messes, et les deux cloches aux sépultures.

Diamètre (cm) Masse (kg)

Note

1

72,3 ~220 Do 4
2 58,5 ~110

Mi ♭ 4

Faite(s) à Annecy-le-Vieux l’an 1857 par les frères Paccard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes remerciements à la municipalité sous le mandat de M. Jean-Claude Harmand, maire. Je remercie également le secrétariat de mairie pour la bonne organisation du rendez-vous et à M. Jean-Pierre Boire, sacristain, pour l’ouverture de la sacristie.

Sources & Liens :
Saint-Sixt
Mairie de Saint-Sixt
Fonds privés
Relevé personnel
Clichés personnels

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s