Le Lyaud – Chapelle Saint-Symphorien (Trossy)

Au sud-est de la commune du Lyaud, le hameau de Trossy parlera à de nombreux autochtones pour sa ferme, hautement réputée pour la qualité de ses fromages. Composé avant tout de quelques fermes et propriétés au calme à quelques encablures du Lac Léman et de Thonon-les-Bains, capitale du Chablais, le hameau s’organise autour d’une modeste chapelle, adossée à l’une des bâtisses du quartier. Fondée le 21 avril 1721 par le Rd Pierre-François Dubouloz, elle permettait alors aux habitants d’avoir un sanctuaire plus proche qui jadis n’était pas l’église du Lyaud… mais celle d’Armoy, obligeant les paroissiens à faire trois kilomètres pour se rendre à l’église ! La paroisse du Lyaud est en effet très jeune : ce n’est qu’au milieu du XIXème siècle qu’est construite l’actuelle église et que les paroisses, ainsi que les communes, se sont séparées. Mais revenons dans notre petite chapelle. Cette dernière semble avoir été gérée par des prêtres extérieurs à Armoy puis au Lyaud : fondé par un thononais curé à Meinier (actuel canton de Genève, en Suisse) elle a été gérée -par exemple- au milieu du XIXème siècle par le curé de Saint-Gingolph, le Rd Sache. Un écrit conservé aux archives diocésaines fait d’ailleurs état de tous les travaux entrepris sous son mandat. Le document présice aussi que depuis la fondation, très peu de travaux ont été réalisées et que la chapelle souffrait d’un mauvais entretien. Avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, la chapelle est prise sous l’aile de la famille Bordeaux, puis de la famille Pommier. Elle sera ensuite cédée au diocèse d’Annecy en 1968 avant de bénéficier d’une grande cure de restauration, menée par la paroisse. La chapelle peut être encore aujourd’hui utilisée pour de rares offices et accueille aussi, sur demande de la famille, le corps d’un défunt du hameau avant sa sépulture à l’église paroissiale. Il y a encore quelques mois, toute l’attention était sur elle avec un remplacement des gouttières et une restauration partielle de la toiture ainsi qu’un nouveau drainage autour du bâtiment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le clocher porche abrite une seule cloche, comme la quasi-totalité des chapelles savoyardes. Cette petite cloche aux dimensions modestes et à la qualité sonore et esthétique discutables est très rare : elle porte la signature de Joseph Revet, fondeur à Thonon. C’est la première fois que ce fondeur apparaît sur ce site mais a déjà été référencé dans une chapelle non loin de là : la chapelle de Tully à Thonon (1841). Joseph Revet n’a semble-t-il pas fondu de cloches d’église car aucune archive ne le mentionne pour de tels travaux. Né en 1792 à Maxilly-sur-Léman, il était bel et bien inscrit sur les listes électorales de Thonon comme fondeur mais aussi prospecteur, attestant bien que la fonte n’était pas pour lui sa seule source de revenus. L’Almanach du Duché de Savoie de 1833 (p. 181) précise que notre homme tenait une « Fonderie, cuivre, laiton et pompes à feu ».  Le Sr Revet s’est éteint à Thonon, le 21 novembre 1859. Au regard de la cloche de Trossy, trois choses interpellent : son profil, plus proche d’un braillard que d’une cloche d’église, une ébréchure importante compte tenu des dimensions modestes de la cloche, ainsi que son démoulage très grossier, laissant d’énormes défauts de coulées. Pour être honnête, il m’a bien fallu quelques soirées pour comprendre le sens des inscriptions : à savoir les personnes citées, sa signature et sa date. Les archives nous racontent que lors de sa fonte, le Sr Revet a récupéré une vielle cloche du clocher, plus petite, dans le but de la casser. Le prix de l’opération a coûté au total 108 livres.

Fondeur

Année

Diamètre (cm)

Masse (kg)

Note

1

Joseph Revet

1852

42,1

~45

La4

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Remerciements :
M. André Cornier, sacristain, pour l’accès à la chapelle et la sonnerie spéciale.
Mmes Lucie Hugot et Stéphanie Tona, archivistes de Thonon-les-Bains, pour la mise à dispositions d’archives de l’état civil de Thonon-les-Bains.
Mon ami Claude-Michaël Mevs dit « Quasimodo » pour l’aide apportée.

Sources & liens :
Paroisse Notre-Dame-des-Hermones
Acte de fondation de la chapelle du Lyaud le 21/04/1721, tabellion de Douvaine
Etat des lieux des dépenses du Rd Sache, recteur de la chapelle – Archives diocésaines d’Annecy
Acte de décès de M. Joseph Revet – Archives municipales de Thonon
Listes électorales de Thonon-les-Bains (côte 1K1, page 335) – Archives municipales de Thonon
Almanach du Duché de Savoie, Bellemin, 1833 (consultable sur la BNF)
Relevé personnel sur site
Clichés personnels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s