Ayse – Eglise Saint-Pierre

Un coteau ensoleillé orienté plein sud, à proximité d’une des chefs-lieux de Haute-Savoie. Tellement bien exposées, blotties contre le Môle, que ses terres donnent vie à un des vignobles les plus appréciés de la région. Le village d’Ayse, fort de ses 2000 habitants, inspire la quiétude. Ses demeures sont dispersées sur tout un pan de montagne, parfois encerclées de vignobles. Si le vin (AOC) s’appelle « Ayze », c’est parce que la commune connait les deux orthographes : avec un « S » ou un « Z ». Officiellement, la commune s’écrit « Ayse ». L’écriture a bien varié avec le temps, comme dans bon nombre des communes françaises. Comme le village, le nom évolue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est au XIe siècle que semble apparaître la paroisse, dans une charte du Comte de Genève qui donne les terres au prieuré proche de Peillonnex. Au XIIIe siècle, le vignoble semble commencer à se développer. Les familles aussi : deux châteaux sortent de terre au XVe siècle. On notera ainsi les châteaux de la Motte et des Tours. Le premier existe encore et est à l’état de ruines. Le second a été reconstruit au XIXe siècle par l’avocat Pierre Blanc, prenant ainsi le surnom de Château Blanc.

L’église Saint-Pierre est au sommet de la commune, près du ruisseau de la Madeleine. Dédiée à l’apôtre Pierre, connu pour être le premier pape de l’Histoire chrétienne, le patron secondaire de l’église est saint Vincent, patron des vignerons, nombreux à l’époque ou Ayse comptait bien moins de 2000 habitants ! Ses origines sont floues. L’hypothèse d’une construction au XVIIe siècle est certaine.

Le clocher abrite aujourd’hui trois cloches. Ses murs en béton peuvent laisser entendre qu’il a été restauré au XXe siècle. Probablement en 1961. Nous y reviendrons. La plus grosse cloche porte la date de 1607. De facture inconnue, ses inscriptions prêtent louage à saint Pierre, à saint Paul et à saint Théodule, premier évêque du Valais (CH) particulièrement célébré ici. La cloche est également marquée du nom du Noble Claude Pobel, syndic et Seigneur d’Ayse. Cette inscription n’est pas sans rappeler une jumelle, également fondue en 1607 pour l’abbaye d’Entremont, et marqué du nom de Mgr Thomas Pobel, bonnevillois évêque et abbé d’Entremont. La cloche d’Ayse ne possède pas de signature et aucune similitude visuelle avec celle d’Entremont. Saura-t-on un jour le fondeur de cette cloche ? Dernier détail amusant : nous serions tentés de lire la date « 1507 ». Cependant, la baronnie des Pobel est élevée en 1580. Claude Pobel et sa femme, Gabrielle Vionnet, également citée sur la cloche, le sont aussi dans les archives jusqu’en 1617. On peut encore argumenter avec le style calligraphique de la cloche : l’écrire gothique n’est pas présente ici. En 1507, il aurait été impensable de ne pas livrer une cloche sans ses inscriptions, déjà désuètes en 1607. Si l’honorable cloche a traversé les âges, il n’en a pas été autant de ses petites… ou grandes sœurs ! En 1871, une commande est passé par la paroisse d’une grosse cloche aux frères Beauquis de Quintal. Cette cloche, pesant 1’107 kilos fêle après presque un siècle de bons et loyaux services. En 1961, elle est remplacée par deux cloches plus petites, bénies les jour de Pâques par Mgr Auguste Cesbron, évêque d’Annecy. Ces deux cloches arbore, outre le Pape régnant (saint Jean XXIII) et l’évêque, les noms du curé de la paroisse (père Paul Morel-Vulliez) et du maire (M. Justin Vuarchex). Les parrains et marraines des cloches représentaient la chorale paroissiale pour la plus grande, et l’action catholique pour l’autre. Permettez-moi de citer le représentant des parrains de la seconde : René Rosset, présent lors de ma venue ! Quelle émotion de visiter le clocher en compagnie d’une figure de ce village, élu pendant 55 ans (d’abord conseiller, puis adjoint avant d’en devenir le maire, de 2004 à 2008). Il a souhaité, à 90 ans, revoir une fois « sa » cloche, qui annonce encore fièrement les nouveaux baptisés. D’ailleurs, chaque cloche à son rôle : la moyenne sonne les angélus matin, midi et soir. La plus grande, elle, convoque à l’office divin. Les trois cloches sonnent ensemble pour les sépultures, comme il est coutume dans la région.

Nom / Vocation Fondeurs(s) Année Diamètre (cm) Masse (kg) Note
1 Sts Pierre & Paul inconnu 1607 93,9 500

Sol 3

2

Marie Immaculée Paccard 1961 87,5 400 La 3
3 Jeanne de Chantal Paccard 1961 77,3 275

Si 3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes remerciements pour cette visite du clocher à la municipalité d’Ayse, sous le mandat de M. Mermin. Je remercie également M. Temil, adjoint au maire et le père Charles Bouvard, curé modérateur de l’ensemble paroissial, pour leur autorisation. J’adresse également ma reconnaissance au comité présent ce jour là. Outre le Maire honoraire René Rosset, étaient présents pour me recevoir : M. François Houillon, chargé de la relation mairie-paroisse ; M. Gilbert Pellier, président de l’association « Mémoire d’Ayse » ; Rémi Bouchet, chef de chœur ; Claude Gantin, célébrant des sépultures. Un beau moment autour des cloches et du bon vin local !

Sources & Liens :
Ayse
Paroisse d’Ayse
Mémoire d’Ayse, Gilbert Pellier
Fonds privés
Clichés personnels (sauf bénédiction cloches et photo de groupe : Gilbert Pellier)
Fonds privés

Un avis sur “Ayse – Eglise Saint-Pierre

Répondre à Marie-Hélène Vaché Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s