Allinges – Chapelle Saint-François-de-Sales (Châteauneuf)

Après l’église Notre-Dame de l’Assomption d’Allinges, il convient maintenant de vous conduire dans les deux chapelles de la commune : celle du Château, et celle de Mésinges.
Installée près du Lac Léman, contre la colline des châteaux, la commune d’Allinges s’est avérée être un véritable point stratégique dans la région, à l’époque savoyarde.
Il semble cependant qu’une présence ici est très ancienne. On y a retrouvé des traces d’une ancienne « fonderie » de l’âge du bronze, soit 1300-1200 avant notre ère. La paroisse est citée pour la première fois entre 979 et 1046, le château des Allinges en 1071. L’installation de deux châteaux sur deux « dents » de la colline semble se faire de manière simultanée. Ils sont en effet appartenu à deux branches de la famille d’Allinges, nobles du lieu. Le « Château-Vieux » dont il ne reste que de simples ruines a été un temps à la famille de Faucigny, seigneurs de la province voisine. Alors qu’il était en plein Chablais, il était en pleine rivalité avec le Château-Neuf, avant que les deux soient réunis. Plus tard, au XVIe siècle, le père François de Sales sera envoyé par l’évêque de Genève pour convertir le Chablais, passée sous domination protestante. Pour des raisons de sécurité il sera domicilié à la forteresse d’Allinges pour quelques temps. Il est donc lié à la commune et à ce lieu réputé dans la région. Beaucoup plus proche de nous, un événement tragique à Allinges ébranla la France entière. Le 2 juin 2008, un autocar bloqué à un passage à niveau est percuté par un train. Sept collégiens y trouvent la morts, laissant des familles, des professeurs dans le chagrin. En attente de leur sépulture, leurs corps ont reposé quelques jours à l’église.

La tour « demi-ronde » du château est visible depuis tout le village, et même depuis les alentours. Elle sert de clocher à la chapelle qui a accueilli les prières d’un jeune prêtre, destiné à l’épiscopat de son diocèse mais aussi à la sainteté : François de Sales. Alors que les terres chablaisiennes étaient occupés par les bernois qui y ont installés la Réforme, l’heure du retour au catholicisme avait sonné pour la Savoie et ses dirigeants. Claude de Granier, évêque de Genève exilé à Annecy avait donc envoyé un de ses prêtres en mission pour prêcher la « bonne parole » et établir le retour du catholicisme dans cette province. Pour des raisons de sécurité, le missionnaire qu’était saint François était obligé de loger entre 1594 et 1595 au Château et se rendait de là jusqu’à Thonon, grande place du Chablais, à quelques kilomètres. On peut aisément penser qu’il a utilisé cette chapelle comme lieu pour s’y recueillir et même prêcher sous une fresque du XIe siècle occupant l’abside dite « en cul-de-four ». Si la chapelle a été abandonnée en 1702 par les châtelains du lieu, elle a été réhabilitée en 1832 lorsque Mgr Rey, évêque d’Annecy, racheta le château pour y installer une communauté qui vient de naître : les Missionnaires de Saint-François-de-Sales. Elle est toujours active aujourd’hui au sein du diocèse et même au-delà, et des frères vivent toujours dans le château et desservent ce sanctuaire, qui a pris le patronage de son plus illustre desservant : saint François de Sales.

Au sommet du clocher, dont l’accès n’est pas du tout aisé (il faut en effet rejoindre les appartements des frères puis traverser la nef de la chapelle, avant de faire un semblant d’escalade au sein du clocher), une seule cloche domine tous les lieux. Contrairement à la majorité des chapelles du département, elle n’est plus à la corde. Elle est chargée de sonner l’angélus quotidiennement et de sonner les messes qui ont lieu à la chapelle. Elle a donc été motorisée. Ses dimensions sont modestes (poids estimé d’une centaine de kilos) mais les ornements de la cloche ne manquent pas de rendre hommage au saint patron de la chapelle. Une inscription semi-circulaire entourant sa représentation donne la dédicace de la cloche en son honneur. En dessous, deux lignes latines nous disent :

« Salesius olim patres hinc revocavit ad fidem
Filios nunc per me ad pietatem vocat »

soit (approximativement) :

« Jadis [François de] Sales, d’ici, rappela les pères à la foi. Désormais il appelle les fils à la piété à travers moi. »

Sur l’autre flanc de la cloche, un Christ est représenté avec autour 4 lettres : J. M. et J.F. Peut-être il s’agit de deux frères ou pères qui ont contribué à l’achat de cette nouvelle cloche. D’ailleurs, qu’en est t’il d’une ancienne ? Ou de plusieurs anciennes ? Il est difficile de le savoir, car le beffroi a été construit pour l’occasion, en 1920. Le joug de la cloche d’origine n’est plus. Il a été changé par un joug métallique quand la cloche a été électrifiée. Mais la présence de cette tour et de cette chapelle peuvent laisser penser qu’il y en avait déjà avant.

Nom

Fondeur(s) Année Diamètre (cm) Masse (kg)

Note

François de Sales Les Fils de G. Paccard 1920 56,5 ~105

fa 4

Mes remerciements pour cette visite à M. François Deville, maire, pour son aimable accord. Je remercie également chaleureusement M. André Favier-Bosson, maire-adjoint en charge des bâtiments pour cet après-midi à la découverte de toutes les cloches allingeoises, mais aussi pour sa sympathie, sa collaboration et sa bonne humeur ! Je n’oublie pas non plus les deux frères missionnaires de Saint-François-de-Sales pour l’ouverture des lieux et l’autorisation de passer dans leurs appartements pour se rapprocher de cette cloche.
Je remercie également Claude-Michael Mevs, dit « Quasimodo« , pour l’aide apportée à la réalisation des reportages sur les cloches d’Allinges. Je remercie aussi mes deux amis historiens qui souhaitent rester discrets pour m’éclairer sur les inscriptions latines des cloches.

Sources & liens :
Mairie d’Allinges
Allinges sur Wikipédia
Les Châteaux d’Allinges sur Wikipédia
Missionnaires de Saint François-de-Sales
Panneaux sur site
Photos personnelles
Fonds privés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s