Magland – Eglise Saint-Maurice

Magland est une commune savoyarde se trouvant à l’entrée de la partie haute de la vallée de l’Arve. Son territoire s’étend sur deux massifs bien distincts : les Aravis (rive gauche de l’Arve) avec notamment la pointe d’Areu (2’478 mètres) et le massif du Giffre (rive droite) avec le sommet du Petit Colonné (2’600 mètres). C’est d’ailleurs dans ce massif qu’un hameau de Magland est réputé de tout bon amateur de ski : Flaine. Ce dernier, crée à partir de 1968, fait partie d’un grand domaine skiable : le Grand Massif. Mais la commune de Magland n’a pas toujours vécu grâce aux sports d’hiver. Il faut reconnaître que le bassin clusien, dont Magland fait partie intégrante, est réputée pour l’horlogerie ainsi que pour le décolletage depuis plus d’un siècle. Les fins gourmets n’oublieront pas de citer les fameux saucissons, au caractère singulier grâce à leur assaisonnement unique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La paroisse de Magland est très ancienne, en témoigne son vocable : saint Maurice. Ce saint particulièrement vénéré depuis plus de 1’500 ans est aussi le saint patron de la Savoie. En 1365, Magland fait l’objet d’une visite pastorale de l’évêque. C’est à cette période que sont d’ailleurs édifiés les différentes maisons forte de Magland, territoire ô combien stratégique car passage obligé vers le pays du Mont-Blanc. De l’édifice primitif, il n’existe plus aucunes informations car il a subi de nombreuses transformations au fil du temps. On sait simplement qu’une nouvelle église est consacrée en 1694 par Mgr Jean d’Arenthon d’Alex, évêque de Genève. Il était rapporté que l’ancienne, trop petite, ne permettait pas de rassembler toute la paroisse. A l’époque, le sanctuaire contenait six chapelles ! Ce même édifice a été agrandi entre 1836 et 1839 et son orientation a été modifiée de 180°. Ces travaux n’ont pourtant pas fait l’unanimité de tout le monde à l’époque. C’est le 12 juillet 1844 seulement que Mgr Rendu, évêque d’Annecy, consacre l’édifice agrandi et embelli dans le style néoclassique. En témoignent la façade de l’église et ses pilastres caractéristiques. Cette dernière se retrouve aujourd’hui dans l’ombre car l’édifice a été à nouveau tourné lors d’une grande restauration en 1979, lui redonnant ainsi l’orientation du premier édifice religieux. C’est pour cela que les chapelles latérales sont près de l’entrée, qui se fait par l’ancien chœur. La sacristie a été aménagée dans l’ancien narthex, derrière le maître-autel, déplacé pour l’occasion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’église de Magland est forte d’un patrimoine campanaire conséquent : 13 cloches. 12 d’entre elles se serrent dans la tour principale et une dernière se situe dans le clocheton dominant l’ancien porche.  Aujourd’hui inutilisée, cette petite cloche est hélas inaccessible. C’est grâce à la réfection de la toiture que le curé, eu la chance de l’approcher et de lire une date : 1589. De quoi justifier le titre de « monument historique » en 1943. Ce petit clocheton coiffé d’un dôme en oignon sur un sanctuaire néoclassique peut surprendre. Il rappelle volontiers des constructions similaires sur les églises de Combloux et Saint-Gervais, sans oublier de nombreuses chapelles, toutes édifiées dans le style baroque. Le clocher, résolument plus classique, abrite une sonnerie plutôt imposante pour la région : la grosse cloche affiche à elle seule un poids de deux tonnes ! Livrée en 1900 avec sa petite sœur, elles ont été réalisées par les frères Paccard, maintes fois présentés ici. Les inscriptions nous indiquent qu’elles ont été bénies par le curé de l’époque, le 18 octobre. La grosse cloche affiche des finitions plutôt baroques, avec sur le bas de sa robe les médaillons des saints majeurs de la chrétienté. Sa petite sœur affiche quant à elle des décors néo-gothiques. Le beffroi date lui aussi de 1900. Il a été réalisé par les frères Ciclet. A l’étage en dessous, sur un beffroi métallique, une troisième cloche porte la date de 1956. Celle-ci nous indique qu’il s’agit d’une refonte, sans nous donner plus d’informations. Près d’elle, neuf cloches brillent encore. Elles ont été ajoutées en 2000 par la municipalité. Chaque cloche porte un segment de phrase qui raconte leur histoire : « J’ai vu l’aube de ce XXIème siècle – et je verrai son crépuscule – ainsi je témoignerai – de ce que vous avez fait – de votre temps – carillon offert par – la municipalité de Magland – pour l’entrée – dans le troisième millénaire ». Ce carillon est utilisé pour quelques ritournelles occasionnelles ainsi que pour les baptêmes et mariages.

Nom Fondeur Année Diamètre (cm) Masse (kg) Note
1 Joséphine Thérèse G&F Paccard 1900 150,3 2’000

Do 3

2

Jeanne Françoise G&F Paccard 1900 119,5 1’000 Mi 3
3 Marie Augusta Paccard 1956 101 620

Sol 3

4

Inconnu Inconnu 1589 Inconnu Inconnu

inconnu

Carillon : 9 cloches Paccard, 2000 – Tessiture : Do5 diatonique Do6 +Sib6 – Masse totale : 343 kg.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes remerciements à : 
MM. René Puchot et Johann Ravailler, ancien et actuel maires, pour leurs aimables autorisations.
M. Jérôme Ferrand, responsable des bâtiments, pour l’ouverture de l’église et du clocher.
Le personnel de la mairie de Magland pour la mise à disposition de l’ouvrage « Le Patrimoine Religieux de Magland » édité par la commune.
Mon ami Claude-Michaël Mevs « Quasimodo » pour son aide à la réalisation de ce reportage.

Sources & Liens :
Mairie de Magland
« Le Patrimoine Religieux de Magland » disponible en mairie
Fonds privés
Clichés et relevé personnels

Un avis sur “Magland – Eglise Saint-Maurice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s