Marignier – Eglise Saint-Maurice

dsc_0785

Les origines d’une paroisse à Marignier demeurent assez vagues. En 1209, celle-ci est citée sous le patronage de saint Sulpice, évêque de Bourges. Il est fort probable que le premier édifice religieux de Marignier, remontant à cette période, soit roman. Des sépultures du XVIIIe siècle retrouvées autour du sanctuaire actuel témoignent que l’église est installée sur cette parcelle depuis des siècles. C’est à cette période qu’est bâti le clocher vraisemblablement au même moment que l’église. L’église baroque est détruite en 1838 car menaçant de s’effondrer. Le nouvel édifice néo-classique est construit dès 1841 et consacré en 1846. Le clocher à bulbe à l’architecture typique de nos montagnes survit une première fois. En 1956, l’histoire se répète : l’édifice menace une nouvelle fois de s’écrouler. La commune fait alors appel à Maurice Novarina, architecte thonnonais connu pour ses remarquables réalisations religieuses comme l’église Notre-Dame-du-Léman à Thonon-les-Bains, sa ville natale, ou encore l’église Notre-Dame-de-Toutes-Grâces à Passy, près du Mont-Blanc. Comme ses prédécesseurs en 1841, il tient à conserver le clocher. C’est probablement lors de la consécration de la nouvelle église en 1958 que la paroisse prend pour protecteur saint Maurice, patron -entre autres- du Duché de Savoie, des chasseurs alpins et des célèbres gardes suisses du Vatican.

p1060124 dsc_0342

La tour clocher abrite trois cloches, toutes trois du XIXe siècle. Il est naturellement fort probable qu’elles se contentent de remplacer d’autres cloches, antérieures à la Révolution mais aussi du début du siècle industriel. Les archives pourraient certainement nous en apprendre d’avantage que les cloches qui ne mentionnent rien sur leurs ancêtres. La plus grande est aussi la plus ancienne. Datée de 1870, elle arbore fièrement le nom de « Marie Joséphine Pie ». On peut -entre autres- lire que la cloche a été fondue l’an du Concile Vatican I pour la paroisse Saint Sulpice et qu’elle avait pour parrain le maire de l’époque, J. Rubin. Les noms des conseillers de l’époque sont gravés. On peut entre autres voir les noms de « Joseph Déllulier », homonyme d’un paroissien présent lors de mes ascensions au clocher et « J. Mauris Demorioux », un parent de M. le Maire. Les deux plus petites cloches ont été ajoutées en 1894. La plus grande des deux porte le nom de « Josepha Sulpicia » et invoque Saint Sulpice, patron de la paroisse. La curiosité réside dans la plus petite « Leandra Mauritia » car elle invoque Saint Maurice, alors futur saint-patron de Marignier. Cette cloche était jadis muette car elle n’a pas été électrifiée comme ses grandes sœurs en 1935. En 2016, la commune de Marignier a investi pour mettre en sécurité son installation et équiper la cloche de moteurs afin qu’elle puisse accompagner ses grandes sœurs comme auparavant !

dsc_0340_1

Nom Fondeur(s) Année Diamètre (cm) Masse (kg) Note
1 Marie Joséphine Pie Frères Paccard 1870 143 1’900 Do Dièse 3
2 Josepha Sulpicia G&F Paccard 1894 108,2 780 Fa Dièse 3
3 Leandra Mauritia G&F Paccard 1894 67,4 190 Ré 4


dsc_0299
dsc_0296 dsc_0289 dsc_0311 dsc_0308 dsc_0326 dsc_0283 dsc_0302 dsc_0327_1 dsc_0332_1

Après avoir pu admirer chaque cloches et leurs détails, je vous propose maintenant de vous rapprocher de la petite cloche avec deux photos (l’une de juillet 2015, l’autre de décembre 2016) montrant les équipements de la petite cloche avant et après l’électrification. On notera le changement des ferrures et des paliers, et l’installation de deux moteurs (volée et tintement). Plus bas, l’ancien volant en bois permettant la sonnerie manuelle, désolé pas très loin.

p1010639 dsc_0331 dsc_0335_1

Mes sincères remerciements vont -pour ma première visite- envers M. Raymond Mudry, ancien maire de la commune et à M. et Mme Joseph Déllulier pour m’avoir accompagné au clocher. Je remercie -pour les visites suivantes- M. Bertrand Mauris-Demourioux, maire et son premier adjoint M. Jean-Paul Ballaloud qui m’a accompagné. Je remercie une nouvelle fois M. et Mme Joseph Déllulier qui n’ont manqué aucune de mes visites au clocher.

Marignier

Marignier au temps de l’église néo-classique – Carte postale Jean-Luc Arcade

Sources :
Inventaire personnel et fonds privés
Mairie de Marignier
Marignier sur Wikipédia
Église de Marignier sur Wikipédia
Alain Dubin lève le voile sur l’église de Marignier – Le Messager

Voir aussi :
Paroisse de l’Épiphanie

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s